Recherche de blog
Articles récents
Catégories de blog
Derniers commentaires
Aucun commentaire

Nos Miels

123
Nos Miels
Mes miels sont le résultat du travail de mes abeilles et de mon savoir-faire, patiemment transmis par mon grand-père et mon père, minutieusement cultivé par mes soins depuis maintenant 23 ans.
Je suis farouchement attachée au terroir ou je suis née, passionnée par mes petites bêtes.
Survivante du grave accident que j'ai subi il y a 2 ans, je suis plus que jamais sensible au travail dans le respect de notre terre, pour préserver ce métier si naturel dans sa tradition ancestrale.
C'est le sens de mon engagement en bio depuis maintenant 10 ans, qui est aussi le seul signe de qualité et de tracabilité que nous avons pour vous montrer la valeur et le sérieux de notre travail.

J'ai fait l'objet de plusieurs émissions de télé et de radio dont la dernière Odile Mattei "Goutez voir"

Mais pour connaitre l'histoire de la Ruche, l'idéal est l'excellent livre de Paul André Coumes, qui m'a contactée sans que je lui ai rien demandé, qui nous a suivis une saison entière pour raconter l'histoire de votre ruche dans  Le Volcan aux Abeilles qui a reçu un écho national.

La ruche vous accueille aussi toute l'année pour répondre à vos questions et vous faire découvrir un peu de notre terroir et la passion de notre métier.

Le miel, un aliment aussi vieux que l’Homme

Le mot « miel », qui date du Xe siècle. Ses origines viennent du latin « mel », qu’on retrouve également dans la langue portugaise (O mel). Mais la consommation du miel par l’Homme est bien plus ancienne, car l’abeille est apparue sur Terre il y a environ 80 millions d’années. Dès la Préhistoire et bien avant qu’ils n’apprennent à fabriquer des outils, nos ancêtres récoltaient déjà le miel pour le consommer, dans les troncs d’arbres, sous des roches moussues, ou encore dans de petites fosses creusées dans le sol. Très longtemps, la récolte du miel était destructrice pour les colonies d’abeilles : il fallait soit tuer les abeilles, soit les déloger.
Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle qu’apparaît la ruche à cadres amovibles, qui permet à l’apiculteur de ne prélever qu’une partie des réserves sans anéantir la colonie d’abeilles. C’est une révolution.
Au XIXe siècle, chacun (dont beaucoup de moines et de curés !) proposera son format de ruche. Aujourd’hui encore, on trouve un très grand nombres de types de ruches différents. Il n’existe pas de ruche standard, même si celle mise au point par Charles Dadant, apiculteur haut-marnais émigré aux USA, est sans doute la plus répandue en France et en Europe.

Au fil du temps, l’être humain a appris à sélectionner les miels en fonction des dates de floraison, pour obtenir des parfums si variés. Ainsi, on peut aujourd’hui répertorier plusieurs dizaines de miel de qualités organoleptiques différentes. Des plus connues aux plus exotiques, on peut citer entre autres variétés de miel : de trèfle, de luzerne, de fleurs sauvages, de verge d’or, de pommier, de sarrasin, de lavande, d’arbousier, de thym, de lavande, de romarin, de sapin des Vosges ... auxquels il faut penser à rajouter tous les miels de la Ruche des Volcans !

Un aliment commun à toutes les civilisations

Les civilisations les plus anciennes ont chacune adopté à leur façon le miel, lui attachant systématiquement une grande portée symbolique. Ainsi, les sumériens (base Mésopotamie) et les habitant de Babylone l’utilisaient au cours de leurs cérémonies religieuses, tout comme les Égyptiens qui s’en servaient pour l’embaumement des morts.
Cette révérence se retrouve aussi chez l’abeille, souvent estimée comme étant une véritable « messagère des dieux », ou encore une “lumière solaire”.
Dans certaines cultures, le miel était considéré comme l’aliment des aliments, la boisson des boissons,ou encore le médicament des médicaments. Beaucoup voyaient en lui un véritable élixir de longue vie, et de nombreuses propriétés médicinales lui ont été prêtées au fil des âges. Il était également utilisé pour la conservation des aliments. Par exemple, au Ve siècle, l’historien Hérodote rapporte que les Grecs chassaient le faisan dans ce que l’on nomme aujourd’hui la Géorgie, avant de les immerger dans des amphores de miel pour le voyage de retour.

Chaque miel est différent : si le goût sucré domine globalement, on trouvera également des miels amers et des miels aux arômes très éloignés. Comme chez les vins. Du point de vue de sa texture, le miel peut être dur, crémeux ou liquide.
La composition des miels varient selon les espèces florales butinées par les abeilles.

La composition du miel

Composition moyenne des miels
CatégorieÉlémentsTeneur
Eau 18%
Glucides 80% Fructose 38%
Glucose 31%
maltose 2%
Turanose, Erlose, Saccaharose, Mélibiose, isomaltose, Gentiobiose, Palatinose, Mélézitose, Maltotriose, Panose, Isomaltotriose 10%
Protides et acides aminés acide aspartique, acide glutamique, alanine, arginine, asparagine, cystine, glycine, histidine, isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, proline, sérine, tryptophane, tyrosine et valine < 1%
Lipides triglycérides, acide palmitique, acide oléique, et acide linoléique < 0,1 %
Minéraux & Oligo-éléments Calcium 60 ppm
Fer 4,2 ppm
Magnésium 20 ppm
Phosphore 40 ppm
Potassium 520 ppm
Sodium 40 ppm
Zinc 2,2 ppm
Vitamines Provitamine A < 0,1 ppm
Vitamine A < 0,1 ppm
Vitamine B1 < 0,1 ppm
Vitamine B2 0,38 ppm
Vitamine B3 (ou PP) 1,21 ppm
Vitamine B9 20 ppm
Vitamine B12 < 0,1 ppm
Vitamine C 5 ppm
Vitamine D < 0,1 ppm
Vitamine E < 0,1 ppm
Vitamine K < 0,1 ppm

Au delà de cet inventaire, on trouve dans la composition des miels de nombreux composés organiques complexes :

  • les enzymes transmises par trophallaxie, à l’origine d’une partie des vertus du miel,
  • des composés antibiotiques et bactériostatiques du groupe des inhibines,
  • des arômes et des pigments

Pourquoi le miel devient-il dur ?

Le miel est liquide lorsque que l’apiculteur l’extrait des cadres. Puis il va progressivement cristalliser. C’est un phénomène naturel lié à sa composition.Les bienfaits du miel

La richesse en enzymes et la présence de composés antibiotiques et bactériostatiques confèrent de nombreuses vertus au miel.

Les bienfaits du miel sont connus depuis l’antiquité. Parce qu’il est riche en enzymes, en agents antibiotiques - bactériostatiques, et en substances biologiques diverses aux propriétés protectrices et réparatrices, le miel a toujours eu un usage thérapeutique.

Effets thérapeutiques du miel grâce à ses propriétés antibactériennes, antiseptiques et anti-inflammatoires

En apithérapie comme en médecine humanitaire, le miel est très largement utilisé pour soigner les plaies et les cicatriser.
En médecine conventionnelle, on redécouvre son intérêt. Au Centre Hospitalier Universitaire de Limoges, les services de chirurgie digestive, d’orthopédie traumatologie, de gynécologie obstétrique, mais aussi de réanimation utilisent le miel pour soigner des plaies complexes.
Les facultés de cicatrisation spectaculaires du miel sont liées à sa composition. Plusieurs mécanismes interagissent :

  • La forte concentration en sucre aspire l’eau par pression osmotique. La pression de succion est si forte qu’elle permet de diminuer les œdèmes, et qu’aucun germe ne peut survivre dans cet environnement.
  • la présence d’enzymes aux effets bactéricides. Notamment l’inhibine, produite sous l’action d’une enzyme glucose-oxydase sécrétée par l’abeille lors de la fabrication du miel, qui possède des propriétés antibactériennes. Les propriétés antibiotiques du miel ont été mises en évidence lors de recherches menées dans les années 1990 à l’université de Waikato en Nouvelle-Zélande.
  • L’acidité du miel renforce les propriétés antiseptiques et antibactériennes
  • D’autres enzymes présentes dans le miel stimulent la multiplication cellulaire et la vascularisation des tissus.

Les bienfaits du miel au quotidien sur notre santé

Les bienfaits du miel sont connus de très longue date, par les grand-mères de nos grand-mères (!). Et le miel est notamment utilisé pour son activité sur la sphère ORL et ses propriétés contre les maux de gorge, les rhumes, la toux … Un très grand nombre de recettes existe, accommodées selon les produits de la région. En voici quelques unes :

Aux premiers signes d’irritation de la gorge ou d’état grippal,vous avez le choix entre,

  • le lait chaud au miel, qui protège la gorge contre les bactéries et calme rapidement la toux,
  • l’infusion de thym au miel,
  • le grog au miel et au calva si vous êtes normand, ou au rhum si vous habitez à proximité de champs de canne à sucre ! De l’eau chaude, du miel, un peu d’alcool (+ citron, thym …) et au lit sous une grosse couverture. Le lendemain matin, très souvent, tout va beaucoup mieux !

Les boissons ne doivent jamais être bouillantes, sous peine de détruire la plupart des vitamines du miel .
Laissez un commentaire
Laisser une réponse
Connectez-vous pour poster un commentaire.

Paramètres

Menu